Léo Méar, découverte du 3ème art

Personnalité originale, Léo Méar a développé à seulement 28 ans une identité artistique propre à plusieurs facettes qu’il met au profit des éditions jeunesses.

Auteur/Illustrateur Nantais

Léo Méar est influencé par les œuvres de grands noms tels que Hopper, Solotareff ou Mattotti à travers desquelles il a grandi. C’est à Trentemoult qu’il découvre les jeux de couleurs, le travail des formes et fait ses premières traces sur papier.

Toujours le dessin et la peinture en tête, il décide de conjuguer passion et profession en faisant de l’acrylique et du crayon de papier les outils de concrétisation de son imagination. Ainsi, c’est en devenant Illustrateur indépendant que Léo a décidé de poursuivre ses rêves. Une idée que l’on retrouvera dans ses créations.

Après 3 ans d’illustration à l’école Pivault de Nantes il décroche ses premiers contrats pour la littérature jeunesse avec Les méchantes reines étaient-elles de gentilles princesses ?  et multiplie les projets personnels tel que l’illustration du dépliant Mélodie pour un poisson

Les éditions jeunesse

Les éditions jeunesse étant plus proches de sa sensibilité. Il cherche à construire à travers ses œuvres pour enfants un environnement et des histoires propices à la diffusion des bonnes valeurs.

J’essaye de leur apprendre les bonnes choses.

C’est dans cette lignée que s’inscrit sa volonté de créer une oeuvre promouvant la poursuite des rêves.

Les rêves sont parfois plus fort que tout. Il suffit juste de ne jamais les oublier.

Dans une perspective différente il a fait naitre un personnage, Elisabeth Rade, condensé de spontanéité. Mais aussi de vices et de mélancolie, tel une extériorisation théâtrale du Ça de Freud. Cette double facette dans ses choix artistiques ouvre la porte vers un large spectre de thématiques. Un spectre qu’il met en action avec ce travail des couleurs, des formes et des matières avec un but. Celui de faire ressortir ce qui se passe dans sa tête.

Notre rencontre nous a permis de découvrir un monde riche en émotions et en symboles. Je vous invite à retrouver son travail sur son site personnel. 

Retrouvez l’interview de Maison Céleste juste ici.

Société qui a pour but de créer, participer, et amener la culture par le biais d’un fleuve inépuisable auprès des personnes en quête de savoir.

Plus d'articles
kris atomic
Archiculture, le défilé STYX X REEZOM X ASFALT